Voyager

Voyage en Italie – Jour 3 – Lucques et Pise

Aujourd’hui, nous devons rejoindre notre prochain lieu de villégiature pour la semaine à venir, au sud de Florence. Mais auparavant, nous effectuons une première halte à Lucques, jolie petite ville fortifiée.
Halte obligée à la pâtisserie Pinelli, réputée, entre autre pour ses « Giacomini », encore appelés les biscuits de Puccini. C’est délicieux : amande, orange confite, chocolat, sucre glace, le sucré et l’amer se rejoignent en bouche.

La fameuse pâtisserie Pinelli à Lucques

La fameuse pâtisserie Pinelli à Lucques

Le giacomini ou...

Le giacomini ou…

...biscuit de Puccini.

…biscuit de Puccini.

On arpente les ruelles, on lève la tête…

Tour et sa terrasse arborée au détour d'une rue.

Tour et sa terrasse arborée au détour d’une rue.

Visiter, c'est porter son regard devant, sur les côtés, mais aussi en l'air !

Visiter, c’est porter son regard devant, sur les côtés, mais aussi en l’air !

La tour et sa terrasse se visitent... mais ça n'était pas à notre programme...

La tour et sa terrasse se visitent… mais ça n’était pas à notre programme…

Et le temps de prendre une photo, on se perd de vue… mais on finit par se retrouver ouf ! (oui, j’ai vécu quelques minutes un peu angoissante avant de décider de revenir au précédent carrefour de rues piétonnes et d’attendre…).

Le fameux duomo de Lucques et sa façade qui annonce la "couleur" ou plutôt le travail d'orfèvre... et le goût pour les graphismes ;-)

Le fameux duomo de Lucques et sa façade qui annonce la « couleur » ou plutôt le travail d’orfèvre… et le goût pour les graphismes 😉

Direction Pise ensuite et sa fameuse tour.

Là, on voit bien qu'elle penche !

Là, on voit bien qu’elle penche !

A Pise, le spectacle est aussi au pied de la tour !

Oui, on l'avoue, nous aussi on a essayé, sous un autre angle, mais la luminosité a rendu la tâche difficile...

Oui, on l’avoue, nous aussi on a essayé, sous un autre angle, mais la luminosité a rendu la tâche difficile…

Nous avons opté pour une visite du Campo Santo, un cimetière monumental, très sobre.

Le Campo Santo, un cimetière particulier

Le Campo Santo, un cimetière particulier

Le Campo Santo et ses galeries qui entourent un jardin rectangulaire central.

Le Campo Santo et ses galeries qui entourent un jardin rectangulaire central.

En plus, il y avait de l’ombre (je n’irais pas jusqu’à dire qu’il faisait frais, faut pas pousser !).

Le jardin central du Campo Santo

Le jardin central du Campo Santo

Des fresques restaurées ou en cours de restauration (l’édifice a énormément souffert lors de la seconde guerre mondiale).

Campo Santo Pise 2

Et au sol, des tombes et leurs inscriptions, des très anciennes et des récentes, si si !

Des têtes de mort... un dessin qui revient assez souvent, tu m'étonnes !

Des têtes de mort… un dessin qui revient assez souvent, tu m’étonnes !

Peut-être la tombe d'un tailleur...

Peut-être la tombe d’un tailleur…

Visiter, c'est donc aussi regarder le sol ! Et découvrir ces jolis dessins.

Visiter, c’est donc aussi regarder le sol ! Et découvrir ces jolis dessins.

Les jeux d'ombre dans le Campo Santo

Les jeux d’ombre dans le Campo Santo

Puis un petit tour dans le Duomo pour admirer la magnifique Chaire de Giovanni Pisano et le rayon du soleil qui filtre par une en hauteur

Détail de la Chaire du Duomo de Pise

Détail de la Chaire du Duomo de Pise

Et la lampe de Galilée, celle dont le balancement avait permis au mathématicien de procéder à de savants calculs sur les oscillations.

 

Duomo Pise la lampe de Galilée

Sous la lampe, on aperçoit la magnificence des différents plafonds, dont celui de la coupole.

Sous la lampe, on aperçoit la magnificence des différents plafonds, dont celui de la coupole.

La fin de journée est là, nous avons encore de la route jusqu’au « Castello di Fezzana », donc pas de visite plus poussée de Pise, qui est semble-t-il assez intéressante (je souhaitais la faire en rosalie, vous savez ces voitures à pédales… mais la chaleur a aussi raison de nos forces).

Toutefois, une fois dans la voiture, nous effectuons une halte vers la gare afin que je puisse aller voir la fresque réalisée par Keith Haring, Tuttomondo.

Cette halte nous vaudra peut-être une amende car malgré nous, nous avons pénétré pendant quelques minutes, à deux reprises (faute de trouver ce que nous cherchions), dans le périmètre de la ville strictement interdit aux véhicules non résidents…

Fresque murale de Keith Haring Tuttomondo, 1989, sur un des murs de l'église Saint Antoine

Fresque murale de Keith Haring Tuttomondo, 1989, sur un des murs de l’église Saint Antoine

Pour ceux qui ont un peu plus de temps, en face, un petit café avec terrasse qui avait l’air bien agréable, avec des photos de l’artiste, photos prises pendant qu’il réalisait son oeuvre.

Direction Montespertoli, nous arrivons en fin d’après-midi au Castello di Fezzana, où nous avons réservé un logement via Airbnb.

Le séjour s’annonce bien et la piscine est appréciée avec cette chaleur.

Piscine du Castello di Fezzana

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply