Voyager

Voyage en Italie – Jour 2 – Visite d’un studio de sculpture

Si nous avons débuté notre périple par Viareggio, c’est que nous avions une bonne raison.

Mon mari a réalisé un vieux rêve cette année en s’inscrivant à un atelier de sculpture avec Paul Marandon comme professeur. Il a donc contacté sur les conseils de Paul, Christine Madies, une de ses anciennes élèves, aujourd’hui sculptrice à Pietrasanta, village réputé pour ses sculpteurs justement, à proximité des carrières de marbre de Carrare. Cette ville a accueilli et accueille encore les plus grands sculpteurs.

Le guerrier de Boterro, don du sculpteur, résident de Pietrasanta, à la ville.

Le guerrier de Boterro, don du sculpteur, résident de Pietrasanta, à la ville.

Nous voilà donc partis pour le studio Pescarella.

Studio de Sculpture Pescarella à Pietrasanta

Studio de Sculpture Pescarella à Pietrasanta

Il fait une chaleur torride, mais nous découvrons quelques sculpteurs au travail (certains sont en déplacement), des sculpteurs résidents permanents ou temporaires. Chacun bénéficie d’un box extérieur pour travailler. C’est qu’ils utilisent de sacrés outils pour façonner le marbre et que la poussière de marbre s’incruste partout !

Chaque box accueille un sculpteur.

Chaque box accueille un sculpteur.

Christine nous fait faire le tour du propriétaire, nous découvrons l’intérieur.

A l'intérieur, chaque sculpteur dispose d'une zone où il peut exposer ses oeuvres terminées. La jolie suspension est de Christine et a servi pour une soirée organisée dans ce lieu.

A l’intérieur, chaque sculpteur dispose d’une zone où il peut exposer ses oeuvres terminées. La jolie suspension est de Christine et a servi pour une soirée organisée dans ce lieu.

Neal Barab est américain et il aime travailler les marbres de différentes couleurs et les associer.

Neal Barab est américain et il aime travailler les marbres de différentes couleurs et les associer.

A l’intérieur nous découvrons notamment les oeuvres de Neal Barab (absent) ou de Kim Sung II (a son travail… nombre de sculpteurs sont obligés d’avoir un travail rémunéré en parallèle).

Nous déjeunons à l’ombre d’une tonnelle

Déjeuner sous la tonnelle, à la recherche d'un peu de fraîcheur avec les sculpteurs présents ce jour-là.

Déjeuner sous la tonnelle, à la recherche d’un peu de fraîcheur avec les sculpteurs présents ce jour-là.

Déjeuner au milieu de la végétation, des sculptures... et des moustiques qui ont adoré mes jambes !

Déjeuner au milieu de la végétation, des sculptures… et des moustiques qui ont adoré mes jambes !

Lotte Thuenker et son mari, qui a réalisé le site internet du studio Pescarella via son agence Atelier hb9 se joignent à nous,

Détail photographié vers le box de Lotte. Derrière se cache une ancienne immense roue avec des godets, roue alimentée par l'eau de la rivière qui coule à proximité du studio.

Détail photographié vers le box de Lotte. Derrière se cache une ancienne immense roue avec des godets, roue alimentée par l’eau de la rivière qui coule à proximité du studio.

ainsi que Ko Yamazaki, qui travaille à la réalisation d’une sculpture qu’il compte exposer à un symposium australien.

Ko Yamazaki au centre avec mon mari et Christine. Au départ, le cube de marbre pesait 4 tonnes ! La taille s’effectue notamment à la disqueuse. Vous pouvez voir une maquette de la sculpture finale sur le site de Ko.

J’associe souvent le marbre à du carrelage de sol ou de salle de bain, brillant, avec des veines plus ou moins apparentes. Je sais que c’est « classieux », que c’est un signe de richesse, mais personnellement, je n’aime pas. Je trouve ça froid. Sur ces sculptures en marbre mat, mon ressenti est bien différent. C’est le côté naturel de la matière qui me touche, me plaît.

Une matière douce, lumineuse...

Une matière douce, lumineuse…

et il est temps de laisser Christine retrouver son impressionnant travail.

Les sculptures de Christine et les impressionnantes formes qu'elle parvient à donner au marbre, un marbre qui devient fluide comme une vague, avec des bulles à sa surface. Cela nous a aussi fait penser à la pâte à pizza italienne !

Les sculptures de Christine et les impressionnantes formes qu’elle parvient à donner au marbre, un marbre qui devient fluide comme une vague, avec des bulles à sa surface. Cela nous a aussi fait penser à la pâte à pizza italienne !

Christine Madies sculpture studio pescarella italie pietrasanta

Vous pouvez retrouver les sculptures de Christine Madies sur son site.

Nous filons vers Carrare au Belvédère afin d’avoir une vue plongeante sur une carrière (elles peuvent se visiter en 4×4).

Vue plongeante sur les carrières vers Carrare, au Belvédère, (avant le refuge)

Vue plongeante sur les carrières vers Carrare, au Belvédère, (avant le refuge)

On dirait d'anciennes cités...

On dirait d’anciennes cités…

Puis retour à Pietrasanta pour visiter le centre du village, sa place, son campanile et ses sculptures qui essaiment un peu partout. Nous en profitons pour goûter de très bonnes glaces de La Dolce Vita (via Stagio Stagi 4 – gelateria conseillée par le Routard).

Rue piétonne de Pietrasanta

Rue piétonne de Pietrasanta

Pietrasanta centre Italie

Centre Pietrasanta Itaie

Place centrale de Pietrasanta sculptures

Oui, des sculptures, il y en a à peu près partout !

Direction la marina, pour voir le Pontile et le début du coucher de soleil.

Le pontile - Marina de Pietrasanta, à quelques kilomètres du centre.

Le pontile – Marina de Pietrasanta, à quelques kilomètres du centre.

Par contre, impossible d’aller se baigner sauf à choisir une plage privée…

Plages privées à perte de vue, arrrggghhh !

Plages privées à perte de vue, arrrggghhh !

Direction Viareggio pour retrouver notre plage de la veille, sans oublier d’acheter une pizza sur la route afin de la savourer sur la plage pendant le coucher de soleil !

Coucher de soleil sur la plage publique de Viareggio ♥

Coucher de soleil sur la plage publique de Viareggio ♥

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    catherine
    2 août 2016 at 8 h 23 min

    j’ai vu un reportage sur les carrières, et c’était impressionnant, quel gigantisme! merci pour les reportages, je note tous vos billets de voyage, j’espère un jour visiter cette belle région.. (et la sculpture me plait énormément, mais je n’ai pas le talent de ton mari, hélas, je débute!)

    • Reply
      Elsa B
      23 août 2016 at 15 h 49 min

      Nous aurions bien aimé les visiter ces carrières, mais nous aurions dû nous organiser autrement et puis, nos ados ont déjà fait l’effort de venir à l’atelier, il n’est pas toujours facile de les motiver ! Mon mari sculpte depuis 2 ans, il est très motivé, il y passe également du temps à la maison, notamment pour les patines quand il ramène les oeuvres cuites. Je lui ai fait part de ton adorable message. S’il n’avait jamais sculpté auparavant, il a quand même beaucoup pratiqué le dessin plus jeune avec notamment une partie de sa formation en design industriel. Ma nièce du côté de mon mari en fait également, en partant de modèles trouvés sur le net, les progrès me semblent assez rapides. Elle dessine également beaucoup… doit y’avoir un p’tit gène 😉 Bonne poursuite… dans tous les domaines, je suis fan de tes belles photos !

    Leave a Reply